Idées

Breaking Bad saison 5, décryptage d’un succès annoncé

Article publié le 22 Juil 2012 par alexis

Walter White est mort, vive Heinsenberg ! Et voilà, le coup d’envoi de la saison finale de Breaking Bad a été donné dimanche dernier sur AMC, prenons le temps de se poser et de parler du premier épisode de cette grandiose série.

Avant toute chose, rappelons que cet article contient d’énormes spoilers donc, amis retardataires, passez votre chemin. Pour les autres, mettons un peu les choses au point. La saison 4 nous avait laissé un Walter White froid, machiavélique, immoral et terriblement efficace pour manipuler son monde et, tel David contre Goliath, faire tomber les gens plus forts que lui. C’est ainsi qu’il se débarrassa de Gus Fring, le baron de la drogue et accessoirement directeur de la chaine Los Pollos Hermanos. 

La dernière image de cette saison était forte. Une image centrée sur la «Lily of the Valley», plante utilisée par Walt pour empoisonner Brock, le fils de la très chère amie de son partenaire Jesse. Walter White n’avait plus rien à perdre, désormais il n’a plus aucune limite.

Dès la première scène, l’intrigue se met en place lorsque nous voyons Walter barbu et chevelu sous un faux nom fêtant son anniversaire dans un Denny’s tout en dessinant son âge avec du bacon grillé. Walter, qui achète une mitrailleuse lourde, se soucie plus d’avoir accès à un mode d’emploi plutôt que de s’en servir réellement. Ce genre de comportement n’est pas nouveau mais à la vue du passé de Walt, cela montre le détachement du héros par rapport au monde réel, celui-ci est arrivé à tuer ou à faire tuer tous les bad guys qu’il a croisé uniquement car il maitrisait le terrain et qu’il contrôlait tous les détails. Que prépare donc notre homme cette fois ? Dans quelle situation extrême se trouve-t’il ? Malheureusement – et c’était prévisible – les réponses ne se trouveront pas dans cet épisode puisque cette scène d’introduction se situe dans le futur. Le réalisateur a donc choisi d’utiliser un flash forward, comme pour le premier épisode de la saison 1, la boucle est en quelque sorte bouclée.

De retour dans le présent, le reste de l’épisode suit de près le final de la saison 4 puisqu’il montre Walter et ses acolytes après la mort de Gustavo. Comment vont-ils procéder pour nettoyer tout le désordre engendré ? Et oui, il reste des preuves qui pourraient clairement faire passer Jessie et Walt par la case prison sans qu’ils puissent toucher 20 millions. Le but de cet épisode sera de montrer comment ils essaieront de s’en débarrasser.

Inutile de rappeler que l’esprit agité de Walter White se dérobera inéluctablement vers la froideur du stratège Heisenberg qui, débarrassé de Gus, arrivera à mettre le tueur Mike de son côté afin d’accomplir la tâche extrêmement difficile qui les attend. C’est avec cet allié intérimaire que notre chimiste va être le plus exécrable, sorte de revanche des pressions, des coups et de la terreur que Mike lui a infligé quand il n’était qu’un simple pion dans le marché de la méthamphétamine.

Un autre point important à noter concerne Skyler. La très ennuyante ex-femme du nouveau baron de la drogue se laisse aller à des déclarations pour le moins surprenante. En effet, lors d’une longue scène se situant dans leur ancienne chambre à coucher totalement plongée dans la pénombre, Sky assure ne plus se sentir en sécurité auprès de Walt. Celui-ci a tellement manigancé de plans afin de sauver sa famille qu’il en devient l’ennemi. Triste ironie du sort.

Vous l’aurez compris, Walter White n’a plus froid aux yeux. Tous ses succès le confortent dans son rôle d’Heisenberg ce qui envenime la situation avec ses alliés comme nous pouvons le voir lors d’une scène mémorable avec le véreux Saul Goodman. Ce dernier souhaite arrêter de travailler avec le dangereux Walt qui le menace instantanément en lui balançant la réplique générique des méchants : «On arrêtera quand je dirai qu’on arrêtera». Classique mais diablement efficace.

Lorsque Saul lui annonce que sa femme a dépensé une très forte part de sa fortune personnelle afin de sauver son amant du fisc, Walt enrage. L’épisode se conclut sur l’échange entre Walt et son ex à ce sujet, et encore une fois, ce n’est pas la haine de l’ex-mari qui transparaît mais la froideur calculatrice d’Heisenberg qui, à la manière d’un parrain mafieux, pardonne Skyler d’avoir utilisé son argent sans lui en avoir parlé au préalable. Et c’est le visage décomposé de cette nouvelle victime apeurée qui sera l’ultime image que le spectateur gardera en mémoire. Walter White est mort, vive Heisenberg.

http://www.youtube.com/watch?v=4XO6Wt_fGJM

Mots-Clés : /
Consulter d'autres articles
« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *